Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisses catholiques de Genlis et Saint-Just de Bretenières (France)

Paroisses de Genlis et Saint Just de Bretenières - Semaine du 13 au 21 mars 2021 - 4ème dimanche de Carême B

12 Mars 2021, 18:13pm

Publié par Paroisse de Genlis

Informations de la semaine :

Horaires des messes.

samedi 13 mars 2021
16:30 - MESSE à AISEREY Sylvie Araujo; Olivier Déglise; Pierre et Reine Defer; Danièle Defer
16:30 - MESSE à LONGCHAMP Florence Richard; Henri Caillot & les défunts des familles Détray-Caillot

dimanche 14 mars 2021 4ème dimanche de Carême
00:00 - Défunts de la semaine : Philippe Delubac; Emmanuel Breuil;21
10:30 - MESSE GENLIS à Défunts des familles Troussard & Leblanc; Gérard Philippe
10:30 - MESSE à ROUVRES EN PLAINE Maurice Bornier (anniversaire) ;

mardi 16 mars 2021
09:00 - MESSE à GENLIS (Chapelle) père Jacques Thilliez; messe pour lutter contre la pandémie
10:30 - OBSÈQUES à ROUVRES EN PLAINE Jean Roger

mercredi 17 mars 2021
09:00 - MESSE à GENLIS (Chapelle) Maria Da Rocha;

jeudi 18 mars 2021
09:00 - MESSE à GENLIS (Chapelle)
16:30 - Adoration GENLIS (Chapelle)

vendredi 19 mars 2021 Saint Joseph époux de la Vierge Marie (S)
09:00 - MESSE à GENLIS (Chapelle) Brigitte Portay

samedi 20 mars 2021
16:30 - MESSE à LONGECOURT EN PLAINE
16:30 - MESSE à PLUVAULT Maria Da Rocha;

dimanche 21 mars 2021 5ème dimanche de Carême
00:00 - Défunts de la semaine: Jean Roger
10:30 - MESSE à GENLIS
10:30 - MESSE à TART LE HAUT Meirad Delabaye

À découvrir :

 

Retrouver la bienveillance

Cultiver la bienveillance n’est pas un détail mineur ni une attitude superficielle ou bourgeoise. Puisqu’elle suppose valorisation et respect, elle transfigure profondément le mode de vie, les relations sociales et la façon de débattre et de confronter les idées, lorsqu’elle devient culture dans une société. Elle facilite la recherche du consensus et ouvre des chemins là où l’exaspération détruit tout pont.

LETTRE ENCYCLIQUE FRATELLI TUTTI DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS SUR LA FRATERNITÉ ET L'AMITIÉ SOCIALE (extraits)

222. L’individualisme consumériste provoque beaucoup de violations. Les autres sont considérés comme de vrais obstacles à une douce tranquillité égoïste. On finit alors par les traiter comme des entraves et l’agressivité grandit. Cela s’accentue et atteint le paroxysme lors des crises, des catastrophes, dans les moments difficiles où l’esprit du “sauve qui peut” apparaît en pleine lumière. Il est cependant possible de choisir de cultiver la bienveillance. Certaines personnes le font et deviennent des étoiles dans l’obscurité.

223. Saint Paul désignait un fruit de l’Esprit Saint par le terme grec jrestótes (Ga 5, 22) exprimant un état d’âme qui n’est pas âpre, rude, dur, mais bienveillant, suave, qui soutient et réconforte. La personne dotée de cette qualité aide les autres pour que leurs vies soient plus supportables, surtout quand elles ploient sous le poids des problèmes, des urgences et des angoisses. C’est une manière de traiter les autres qui se manifeste sous diverses formes telles que : la bienveillance dans le comportement, l’attention pour ne pas blesser par des paroles ou des gestes, l’effort d’alléger le poids aux autres. Cela implique qu’on dise « des mots d’encouragements qui réconfortent, qui fortifient, qui consolent qui stimulent », au lieu de « paroles qui humilient, qui attristent, qui irritent, qui dénigrent ».[208]

224. La bienveillance est une libération de la cruauté qui caractérise parfois les relations humaines, de l’anxiété qui nous empêche de penser aux autres, de l’empressement distrait qui ignore que les autres aussi ont le droit d’être heureux. Aujourd’hui, on n’a ni l’habitude ni assez de temps et d’énergies pour s’arrêter afin de bien traiter les autres, de dire “s’il te plait”, “pardon”, “merci”. Mais de temps en temps le miracle d’une personne aimable apparaît, qui laisse de côté ses anxiétés et ses urgences pour prêter attention, pour offrir un sourire, pour dire une parole qui stimule, pour rendre possible un espace d’écoute au milieu de tant d’indifférence. Cet effort, vécu chaque jour, est capable de créer une cohabitation saine qui l’emporte sur les incompréhensions et qui prévient les conflits. Cultiver la bienveillance n’est pas un détail mineur ni une attitude superficielle ou bourgeoise. Puisqu’elle suppose valorisation et respect, elle transfigure profondément le mode de vie, les relations sociales et la façon de débattre et de confronter les idées, lorsqu’elle devient culture dans une société. Elle facilite la recherche du consensus et ouvre des chemins là où l’exaspération détruit tout pont.

Commenter cet article