Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisses catholiques de Genlis et Saint-Just de Bretenières (France)

5ème Dimanche de Pâques - L'heure d'après - 18 mai 2014

18 Mai 2014, 16:50pm

Publié par Pierre-Jean Thomas

En plus des annonces de la semaine du 17 au 25 mai 2014, je vous propose les commentaires de Marie Noëlle Thabut de la première lecture de ce dimanche 18 mai 2014.

PREMIÈRE LECTURE - Actes des Apôtres 6, 1-7.

1 En ces jours-là, comme le nombre des disciples augmentait,
les frères de langue grecque
récriminèrent contre ceux de langue hébraïque :
ils trouvaient que, dans les secours distribués quotidiennement,
les veuves de leur groupe étaient désavantagées.
2 Les Douze convoquèrent alors l'assemblée des disciples
et ils leur dirent :
« Il n'est pas normal que nous délaissions la parole de Dieu
pour le service des repas.
3 Cherchez plutôt, frères,
sept d'entre vous,
qui soient des hommes estimés de tous,
remplis d'Esprit Saint et de sagesse,
et nous leur confierons cette tâche.
4 Pour notre part, nous resterons fidèles à la prière
et au service de la Parole. »
5 La proposition plut à tout le monde,
et l'on choisit :
Étienne, homme rempli de foi et d'Esprit Saint,
Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas
et Nicolas, un païen originaire d'Antioche
converti au Judaïsme.
6 On les présenta aux Apôtres,
et ceux-ci, après avoir prié, leur imposèrent les mains.
7 La parole du Seigneur gagnait du terrain,
le nombre des disciples augmentait fortement à Jérusalem,
et une grande foule de prêtres juifs accueillaient la foi.

Commentaire.

« En ces jours-là, comme le nombre des disciples augmentait, les frères de langue grecque récriminèrent contre ceux de langue hébraïque ». Si je comprends bien, le problème de la nouvelle communauté chrétienne vient paradoxalement de son succès : « Le nombre des disciples augmentait » et il augmentait si bien que l'unité devenait difficile ; tous les groupes en expansion sont affrontés à cette question : comment rester unis quand on devient nombreux ?... Nombreux donc différents.

Au fond, si on y réfléchit, cette difficulté était déjà en germe le matin de la Pentecôte. Vous connaissez le récit de la Pentecôte dans les Actes des Apôtres : « A Jérusalem, résidaient des Juifs pieux, venus de toutes les nations qui sont sous le ciel. » Dès ce matin-là, il y eut des conversions, trois mille, paraît-il, et d'autres dans les mois et les années qui suivirent ; ces nouveaux convertis sont tous des Juifs, (la question de l'admission de non-Juifs ne s'est posée que plus tard) mais, très probablement, un certain nombre d'entre eux sont justement des Juifs venus d'un peu partout à Jérusalem en pèlerinage ; ils sont ce qu'on appelle les Juifs de la Diaspora (c'est-à-dire dispersés dans tout l'Empire Romain) ; leur langue maternelle n'est pas l'hébreu ni l'araméen, mais le grec, car, à l'époque, c'était la langue commune dans tout le bassin méditerranéen.

Si bien que la jeune communauté toute neuve va être affrontée à ce que j'appellerais « le défi des langues ». Nous savons d'expérience que cette barrière de la langue est beaucoup plus qu'une difficulté de traduction : langue maternelle différente veut dire aussi culture, coutumes, compréhension de l'existence, manières différentes d'envisager et de résoudre les problèmes. En tête d'un dictionnaire, j'ai trouvé cette formule : « Une langue est un filet jeté sur la réalité des choses. Une autre langue est un autre filet. Il est rare que les mailles coïncident ».

Pour revenir à la jeune communauté de Jérusalem, il y a donc un problème de cohabitation entre les frères de langue grecque et ceux de langue hébraïque ; très concrètement, la goutte d'eau qui va faire déborder le vase c'est l'inégalité flagrante dans les secours portés quotidiennement aux veuves ; on n'est pas étonné que la communauté ait eu à cœur de prendre en charge les veuves, c'était une règle du monde juif ; mais il faut croire que ceux qui en étaient chargés (logiquement recrutés dans le groupe majoritaire donc hébreu) avaient tendance à favoriser les veuves de leur groupe.

Ce genre de querelles ne peut que s'envenimer de jour en jour, jusqu'au moment où le bruit revient aux oreilles des apôtres. Leur réaction tient en trois points :

Premier point : ils convoquent toute l'assemblée des disciples : et c'est en assemblée plénière que la décision sera prise ; il y a donc là, semble-t-il, un fonctionnement traditionnel de l’Église... on peut se demander pourquoi cette habitude s'est perdue ?

Deuxième point : ils rappellent l'objectif : il s'agit de rester fidèles à trois exigences de la vie apostolique : la prière, le service de la parole et le service des frères.

Troisième point : ils n'hésitent pas à proposer une organisation nouvelle ; innover n'est pas un manque de fidélité ; au contraire : la fidélité exige de savoir s'adapter à des conditions nouvelles ; être fidèle, ce n'est pas rester figé sur le passé (ici, par exemple, ce serait confier la totalité des tâches aux Douze puisque ce sont eux que Jésus a choisis...) ; être fidèle c'est garder les yeux fixés sur l'objectif.

L'objectif, comme dit Saint Jean, c'est « Qu'ils soient UN pour que le monde croie » ; c'est certainement pour cela que les apôtres n'ont pas envisagé de couper la communauté en deux, les frères de langue grecque d'un côté, ceux de langue hébraïque de l'autre ; l'acceptation des diversités est un défi pour toute communauté qui grandit ; (et je connais telle ou telle équipe qui préfère ne pas s'agrandir pour ne pas risquer les désaccords ...). Mais quand les différends surgissent, la séparation n'est certainement pas la meilleure solution. C'est l'Esprit-Saint qui a suscité ces conversions nombreuses et diverses ; c'est lui aussi qui inspire aux Apôtres l'idée de s'organiser autrement pour en assumer les conséquences.

Les Douze décident donc de nommer des hommes capables d'assumer ce service des tables puisque c'est cela qui pose problème. « Cherchez, frères, sept d'entre vous, qui soient des hommes estimés de tous, remplis d'Esprit-Saint et de sagesse, et nous leur confierons cette tâche. Pour notre part, nous resterons fidèles à la prière et au service de la Parole ». On notera que les sept hommes désignés portent des noms grecs ; ils font peut-être partie du groupe des chrétiens de langue grecque puisque c'est dans ce groupe qu'il y avait des récriminations.

Voilà donc une nouvelle institution qui est née ; ces nouveaux serviteurs de la communauté n'ont pas encore de titre ; je remarque que le mot « diacre » n'est pas employé dans le texte ; n'assimilons donc pas trop vite nos diacres d'aujourd'hui à ces hommes chargés du service des tables à Jérusalem. Retenons seulement que l'Esprit saura nous inspirer à chaque époque les innovations qui seront indispensables pour assurer fidèlement les diverses missions et priorités de l’Église.

Note.

Très utiles sont aussi les commentaires de l'évangile de ce jour Jean 14, 1-12.

Ce commentaire est tiré de "L'intelligence des écritures, de Marie-Noëlle Thabut".

Une présentation simple et claire de tous les textes du lectionnaire des dimanches et fêtes des trois années. Un ouvrage pédagogique qui met la bible à la portée de tous.

La collection complète existe en 6 volumes séparés ou en coffret, aux éditions Artege.

L'intelligence des écritures, de Marie-Noëlle Thabut

Commenter cet article